Quels sont les différents types de véranda ?

Quand on souhaite accoler une véranda à sa maison pour pouvoir jouir d’une pièce ensoleillée et ouverte sur le jardin, une des premières questions à se poser concerne l’agencement de la véranda par rapport aux murs déjà existants. Cette question est liée à l’intérêt que vous avez à faire construire une véranda.

Une véranda en appui : un gain de place maximisé

Le principe d’une véranda en appui d’angle est que la véranda est intégrée à une façade ou à un angle qui est n’est pas bâti : vous pouvez le cas échéant créer des ouvertures pour rejoindre la véranda à une des pièces adjacentes (d’un côté ou de l’autre de l’angle). Une véranda classique contre une façade s’appelle véranda en appui ou pan coupé, selon la forme qu’elle a, alors qu’une véranda en appui d’angle peut s’appeler également une véranda 3 appuis. Cette solution présente l’avantage que la véranda ainsi créée est une pièce entièrement nouvelle, bâtie sur un espace que votre maison n’occupait pas auparavant. Un tel type de véranda oblige à creuser des fondations importantes pour garantir la stabilité du sol ainsi qu’à penser d’une manière précautionneuse comment la véranda va s’intégrer à l’angle de la maison : il vous faudra souvent une véranda personnalisée et non une véranda préconçue qui sortirait d’une gamme d’un constructeur.

Quelle orientation pour une véranda ?

Une véranda encastrée : la recherche de lumière et de chaleur pour la maison

Une véranda encastrée a pour principe d’être intégrée directement à une pièce de la maison et d’occuper partiellement l’espace d’une de ces pièces (généralement la salle de séjour). Une véranda encastrée nécessite seulement l’ouverture de la cloison et éventuellement du toit, mais pas de fondation au niveau du sol. Si la véranda encastrée ne permet pas de gain d’espace a priori, elle est très avantageuse car elle ouvre la pièce principale de vie de votre demeure : vous y gagnez dans l’impression d’espace, en vue, et surtout en lumière. Grâce à la véranda encastrée, la salle de séjour et les pièces attenantes bénéficient d’une plus grande clarté, ce qui est appréciable et généralement très appréciée. Cette solution rehausse véritablement la qualité de vie et peut être très judicieuse dans les cas où la construction ipso facto d’une nouvelle pièce n’est pas envisageable. Il existe également des vérandas semi-encastrées, une solution intermédiaire par rapport aux deux solutions présentées. Elle consiste à ouvrir une des pièces, pour y intégrer partiellement la véranda qui déborde sur une zone encore non construite de votre propriété. Si la véranda semi-encastrée allie les avantages des deux solutions, gain d’espace et de clarté pour toute la maison, elle a pour inconvénient de nécessiter davantage de travaux, à la fois au niveau des fondations au sol et au niveau des cloisons et des ouvertures à créer dedans. Au niveau esthétique, il faut s’assurer que les châssis de la partie “extérieure” de la véranda s’intègrent d’une manière satisfaisante avec le reste de la façade.

Quel type de porte pour une véranda ?

Une véranda détachée : jardin d’hiver

Enfin, on peut songer à une véranda complètement détachée de la maison, qui engloberait une piscine ou un jardin d’intérieur. Ces types de véranda peuvent s’appeler des kiosques ou des victoriennes, là encore selon la forme choisie.

Dois-je obtenir un permis de construire pour une véranda ?