Quelle différence entre conductivité thermique, résistance thermique et transmission calorifique?

Lorsque vous allez chercher à isoler votre habitation, vous allez être confrontés à de multiples produits, de multiples références… et de multiples notions ! Pour vous aider à décrypter toutes ces notions, voici un petit lexique des termes employés, et leur signification concrète. Mais il ne faut pas oublier tous les paramètres de résistance au bruit, à l’humidité, aux rongeurs, au feu, au temps, etc.

Conductivité thermique

La conductivité thermique représente la quantité de variable de température qui est transmise par le matériau. Cela signifie que, plus la conductivité thermique du matériau est faible, plus il est isolant. Cette notion s’appelle λ (lambda). Mais elle est représentée sur les étiquettes par l’indicatif w. Plus sa valeur est faible, plus le matériau est isolant. Ainsi, par exemple, le polyuréthane est à 0,25w, et la laine de verre à 0,32w,

Résistance thermique

La résistance thermique représente la capacité de la paroi à résister à la chaleur. C'est-à-dire qu’elle tient compte de la conductivité thermique d’un matériau et de son épaisseur. Donc plus la conductivité thermique λ est faible, plus la résistance thermique R l’est a priori.

Plus R (la résistance thermique) est élevé, plus le matériau est isolant. C’est donc l’inverse de la mesure de la conductivité thermique !

Transmission calorifique

La transmission calorifique représente la capacité de la matière à laisser passer la chaleur. C’est donc l’inverse de la résistance thermique, et d’ailleurs elle s’obtient en calculant l’opposé de R.

La transmission calorifique est appelée U. Plus U est faible, plus le matériau est isolant.

Pour résumer, une comparaison.

Ce qu’il faut retenir de ces trois notions, c’est que la conductivité thermique et la transmission calorifique doivent être les plus basses possibles. Λ et U doivent être de faibles valeurs.

Λ est généralement de 0,04 pour les isolants naturels.

En revanche, la résistance thermique R doit être le chiffre le plus élevé possible. Les meilleures résistances thermiques sont à R8 (isolations en contact avec l’extérieur). Pour les isolations intérieures ou moins exposées, R4 est une bonne moyenne. Mais prenez garde en tenant compte de ces critères : R est une donnée indépendante de l’épaisseur du matériau concerné. Il se peut donc que vous ayez besoin d’une énorme quantité d’un matériau pour obtenir la résistance thermique d’un autre matériau.