L'infiltrométrie est-elle utile pour l'isolation?

L’infiltrométrie est, comme la thermographie, une technique permettant de repérer les déperditions de chaleur à travers toute la maison. C’est une technique utile pour réaliser une étude des déperditions thermiques, mais cette technique ne calcule pas la résistance à l’humidité. Voyons dans quelle mesure l’infiltrométrie est utile pour évaluer et remédier à la mauvaise isolation d’une maison.

L’infiltrométrie permet de voir par où l’air s’échappe de la maison

L’infiltrométrie consiste à rendre une porte tout à fait étanche, à fixer un ventilateur puissant dessus, et à analyser d’où s’échappe cet air propulsé. Pour ce faire, toutes les fenêtres doivent être fermées, le chauffage éteint, et les parties froides isolées. Ainsi, la pression ou la dépression sont calculées.

La fiabilité des tests peut être augmentée par l’utilisation de machines à fumée, qui permettent notamment de détecter les fuites d’air. Sinon, les mesures sont prises par thermographie ou par un nanomètre.

L’infiltrométrie peut être réalisée en une demi-journée pour une somme d’environ 1000€.

L’infiltrométrie ne peut pas être assez efficace si elle est utilisée de manière isolée

Mais tout comme la thermographie, l’infiltrométrie ne peut être considérée comme fiable si elle est utilisée seule. Sans compter que l’infiltrométrie est assez lourde pour l’occupant de l’habitation : elle implique de mettre à l’abri tous les objets fragiles, d’éteindre le chauffage et vider les lieux pendant une demi-journée.

Mais là où une thermographie peut être réellement utile, c’est en cours de construction sur une maison pas achevée. Ainsi, avant de procéder à l’installation intérieure de votre habitation, vous pouvez décider de déceler rapidement les fuites éventuelles de votre habitation. Cela signifie que vous ne subissez pas de dérangements ultérieurs, et même, que vous les anticipez !