Comment isoler un mur par l’intérieur ?

Les murs représentent une déperdition importante de chaleur s’ils sont mal isolés. Il est donc important de bien les isoler, mais ce genre d’isolation est assez complexe et coûteux : complexe, car méticuleux et long ; coûteux, car les surfaces à recouvrir sont souvent grandes, et les matériaux chers. L’isolation se fait soit par l’intérieur, soit par l’extérieur. Les matériaux à utiliser peuvent indifféremment être organiques, synthétiques, etc.

La technique pour isoler de l’extérieur

Si vous optez pour un ravalement de l’extérieur, c’est que vous acceptez de modifier l’aspect extérieur de votre maison. Cela signifie aussi a priori que votre mur est simple, sans balcons, corniches, gouttières, etc. Pour une bonne et simple raison : plus votre mur est irrégulier, plus les ponts thermiques seront fréquents et la maison moins bien isolée. Ainsi, il faut que l’isolation puisse se prolonger un peu au bas des murs – une terrasse en béton poserait donc problème…

Isoler de l’extérieur suppose donc des travaux et des changements extérieurs conséquents. Cela signifie donc que vous aurez, dans la plupart des cas, besoin d’une autorisation administrative. Car l’opération équivaut, et est souvent l’occasion d’un ravalement. Techniquement, vous devez poser une paroi isolante contre le mur, la fixer et la recouvrir de votre enduit habituel. Cela peut se faire de différentes sortes, suivant l’isolant et l’enduit que vous avez choisi.

La technique pour isoler de l’intérieur

Isoler de l’intérieur est moins difficile, car il s’agit de tapisser les parois intérieures d’un isolant, ou de construire un double mur. Mais la conséquence inévitable de cette technique, c’est que vous perdez de la place dans votre intérieur. La conséquence à moins long terme étant que vous devez vider vos pièces pendant le temps de la pose, et changer l’aspect de vos murs intérieurs. Vider les pièces signifie aussi ôter toutes les aspérités murales. Car comme pour l’isolation extérieure, plus le mur est régulier, plus la pose et l’isolation seront réussies.

Il existe là encore une seule technique pour installer un isolant sur une paroi intérieure : il faut poser l’isolant, le fixer, et le recouvrir de l’enduit souhaité. Il existe des isolants esthétiques, qui ne nécessitent pas d’être recouverts, mais le résultat n’est pas optimal.

Les différents isolants du marché pour les murs

Les différents isolants que vous pourrez trouver ont tous des caractéristiques différentes, mais assurent une très bonne isolation pour une maison à rénover. Si vous faites construire votre maison, il existe des matériaux de construction déjà tout préparés, qui vous assureront une isolation immédiate, sans nécessité d’autre isolation ultérieure. * Laine de verre : ces fils de verre microscopiques procurent une protection isolante très efficace, de l’ordre de 0,030 à 0,040 lambda. Mais surtout, la laine de verre est connue pour ses qualités isolantes sonores. Il faut la dérouler sur les pans de mur intérieur, en faisant attention lors de sa manipulation à ne pas s’irriter les yeux, les poumons et la peau. Suivant l’épaisseur achetée, elle coûtera entre 10 et 20€ le m².

  • Verre cellulaire : cet isolant est très intéressant pour les toits et terrasses. Mais il peut aussi être utile pour une isolation des murs, car il se présente sous forme de plaques de cinq centimètres d’épaisseur environ, vendues assez cher à 40€ le m² en moyenne. Ses performances isolantes sont de l’ordre de 0,040 lambda, et son isolation phonique est assez efficace.

  • Argile expansée : l’argile ne vous sera vraiment utile pour isoler un mur que si vous l’insérez entre deux murs. En effet, elle se présente principalement sous forme de granulés de petit diamètre. Mais ses capacités isolantes (0,10 lambda seulement !) et phoniques ne sont vraiment pas très élevées, donc mieux vaut opter pour des isolants plus efficaces.

  • Peinture isolante : la peinture isolante ne peut être envisagée que comme complément d’une isolation plus poussée, car elle ne joue qu’un faible rôle : isolation thermique de 0,55, et isolation sonore quasi-nulle.

  • Brique monomur : la brique monomur peut être envisagée dans le cadre de l’isolation d’une maison en construction. En effet, elle contient des mini-alvéoles qui permettent de maintenir de l’air immobile qui joue le rôle d’un isolant actif. Ainsi, son lambda est de 0,15, et son isolation sonore est assez bonne. Elle peut être couplée à un autre isolant, à condition de ne pas créer de problèmes de condensation dans votre habitation. Il faut d’ailleurs la revêtir de l’intérieur et de l’extérieur. Son prix est aux alentours de 50€ le m².

  • Béton cellulaire : le béton cellulaire est un mélange de matériaux isolants tels que béton, aluminium, sable, qui, produit à haute température, créée des alvéoles qui ont de grandes propriétés isolantes. Tout comme la brique monomur, il doit être mis en place au moment de la construction. Il a une capacité d’isolation thermique de l’ordre de 0,09 lambda. Il doit être revêtu d’une protection intérieure et extérieure.

  • Polyuréthane : le polyuréthane se présente sous forme de mousse. Vous pouvez donc la poser contre un mur, et la recouvrir de panneaux que vous décorez ensuite à votre goût. Il a de bonnes qualités isolantes de l’ordre de 0,025 lambda. Son prix est assez modique, autour des 20€ le m².

  • Chanvre et chaume : le chanvre et le chaume forment un isolant peu commun. Mais il est intéressant d’en parler ici si vous réalisez l’isolation de votre maison en pisé. Il est alors très recommandé pour réaliser une isolation extérieure qui conserve les qualités régulatrices d’humidité du pisé.

  • Perlite expansée : la perlite expansée est un isolant qui, tout comme l’argile expansée, est intéressante pour combler des parois. Mais son prix prohibitif autour de 150€ minimum le m3 la rendent peu intéressante pour des travaux d’envergure. De plus, ses capacités isolantes sont certes intéressantes au niveau de la température (lambda 0,050), mais sont moins intéressantes en ce qui concerne le son.