Quelle taille pour un insert de cheminée ?

Vous avez fait le choix de l’insert pour transformer votre cheminée en outil de chauffage à part entière mais les règles de dimensionnement de ce dispositif restent encore un mystère pour vous ? Voici quelques informations pour vous accompagner dans votre réflexion, afin de combiner harmonie esthétique et efficacité énergétique.

Le choix de la taille de l’insert est personnel, variant selon les caractéristiques de votre habitation et en fonction de vos envies et de vos goûts

Si votre cheminée n’est pas encore construite, outre les règles de dimensionnement utilisées par les professionnels et décrites ci-après, le choix de la taille de l’insert dépend de différentes variables personnelles.

Il dépend d’abord de la place que vous souhaitez accorder à cette source de chaleur ; si vous souhaitez en faire un élément de décoration de la pièce ou en dissimuler la présence au maximum, le considérant comme un simple outil de chauffage et préférant ainsi la sobriété.

Votre style de vie, les propriétés de la pièce dans laquelle l’insert sera installé ainsi que son esthétique général devront également être pris en compte dans le choix des dimensions de ce dispositif.

Ce choix doit également répondre à certaines règles de calcul objectives

Certaines règles de calcul doivent également être prises en compte, notamment en ce qui concerne les dimensions du foyer et la hauteur du conduit.

Le foyer doit observer la règle du 4, 5 et 6, c’est-à-dire que sa profondeur doit être 4 fois supérieure à la taille de l’unité, sa hauteur 5 fois plus grande et sa largeur 6 fois plus importante. Par exemple, pour une unité de 40 cm, la profondeur du foyer est de 1,60m, sa hauteur de 2,00 m et sa largeur doit atteindre 2,40m.

De plus, une règle de proportionnalité doit ensuite être appliquée pour les dimensions du foyer, de l’avaloir – point de départ du tubage qui pénètre dans le conduit de la cheminée – et du conduit d’évacuation :

  • la hauteur de l’avaloir doit être égale à celle du foyer – après application de la règle du 4,5 et 6.
  • la hauteur du conduit d’évacuation doit être au moins 14 fois supérieure à celle du foyer.
  • L’ouverture du foyer doit être au moins 9 fois plus grande que celle du conduit d’évacuation.

Par exemple, prenons un conduit de 30 x 30 avec une section égale à 900 cm².

  • L’ouverture du foyer est égale à 9 x 900 cm², soit 8 100 cm².
  • La hauteur du foyer sera égale à la racine carré de l’ouverture du foyer (9 x 900 cm²) x 5/6 (ratio dégagé de la règle du 4, 5 et 6), soit racine carré de 8 100 cm² multiplié par 5/6, soit racine carré de 6 750, soit environ 82, 16 cm.
  • La largeur du foyer sera égale à la hauteur du foyer multipliée par 6/5, soit environ 98, 6 cm.
  • La profondeur du foyer sera égale à la hauteur du foyer multiplié par 4/5 soit, 82,16 multiplié par 4/5, soit 65, 73 cm.
  • La hauteur de l’avaloir sera égale à celle du foyer soit 82, 16cm.
  • La hauteur du conduit devra être au moins 14 fois supérieure à celle du foyer soit, 11,5 m.
  • L’ouverture du conduit sera au moins 9 fois plus petite que celle du foyer soit 900 cm².

Une attention particulière devra également être apportée au poids du dispositif, et envisager éventuellement des travaux de renforcement. Il est toujours possible de réaliser les travaux soit-même. Il faut donc comparer le coût d’un artisan et celui de la réalisation des travaux seul.