Quel rendement fournit un insert cheminée ?

Vous avez choisi la solution de l’insert afin de renforcer le rendement énergétique de votre cheminée, diversifiant votre consommation d’énergie au service de l’environnement. Il s’agit en effet de la meilleure option pour optimiser la récupération de chaleur produite par votre feu de bois, afin de réduire votre facture d’électricité sans modifier le bâti existant. Cependant, à combien pourrait se chiffrer le rendement énergétique de votre cheminée après la pose de l’insert ? Voici quelques précisions utiles sur ce sujet.

L’insert optimise efficacement le rendement énergétique de votre cheminée, sans modification du bâti

L’objectif principal de l’insert est de pallier les pertes d’énergie engendrées par un foyer ouvert (cheminée classique) – 90% de la chaleur perdue voire 60% avec l’ajout d’un récupérateur de chaleur.

Ainsi, l’insert de cheminée permet d’assurer un rendement énergétique – puissance récupérée par rapport aux volumes de combustibles brûlés, exprimée en pourcentage – pouvant aller jusqu’à 85% (contre maximum 40% pour les foyers ouverts) ainsi qu’une autonomie multipliée par cinq, soit entre 10 et 12 heures (contre 2 à 3 heures maximum pour les foyers ouverts). Cela permet ainsi de transformer la cheminée en outil de chauffage à part entière, réduisant la facture d’électricité et diminuant la consommation de bois ou autres combustibles.

La puissance énergétique peut alors atteindre entre 10 à 20 kW, ce qui vous permet de chauffer facilement un ensemble de pièces, si le dispositif est installé dans des conditions optimales, voire une petite maison. A lui seul, un insert de 10 kW peut par exemple chauffer environ 400 m3 pour un espace avec une isolation thermique moyenne.

Ce rendement reste toutefois légèrement inférieur à celui des poêles, dispositif indépendant doté d’un habillage externe.

Le rendement des inserts de cheminée dépend du modèle choisi.

Le rendement énergétique varie en fonction du modèle d’insert choisi.

Cette variation peut par exemple être importante entre des dispositifs de conception ancienne et des appareils de conception plus moderne, avec un rendement pouvant être compris de 30 à 50% pour les premiers et être compris de 60 à 85% pour les seconds.

De nombreuses autres variables entre également en jeu tels que l’ouverture du foyer, la capacité calorifique du bois de chauffage utilisé (variant également en fonction de son degré d’humidité) ou encore les propriétés du conduit d’évacuation. Ces informations à prendre en compte se situe sur les plaques signalétiques des produits.

Le label « flamme verte » est une excellente référence à prendre en compte dans le choix de votre insert. En effet, ce label vous garantit un niveau de rendement énergétique au moins supérieur à 65%.