Comment isoler les sols et planchers ?

L’isolation des sols et planchers est un facteur important d’économie d’énergie, puisque ces zones représentent 10% des pertes de chaleur d’une habitation. Pour preuve, si vous isolez votre sol, vous pouvez bénéficier depuis janvier 2012 d’un crédit d’impôt de 15% (à condition de remplir les conditions d’efficacité requises).

Prenez bien conscience que l’isolation d’un sol par l’intérieur, lors d’une rénovation, est bien plus complexe à mettre en place qu’une isolation lors de la construction. En effet, la hauteur du sol risque de changer, et il faut alors enlever tout le revêtement actuel, raboter les portes, les prises électriques, etc.

L’isolation thermique du sol s’accompagne souvent d’une isolation phonique, nécessaire car cela évite les effets de résonance dans toute l’habitation dès que quelqu’un marche ou fait tomber un objet.

L’isolation du sol joue beaucoup sur la consommation d’énergie, car c’est le ressenti le plus direct que l’on a dans une habitation : si l’on sent que le sol est froid, on va instinctivement chauffer plus l’air. Or c’est par là que vos économies partent…

L’isolation du sol en créant une chape d’air vide

Si vous en êtes au stade de construction de votre maison, alors prévoyez tout de suite d’aménager sous votre maison une chape d’air vide. Cette chape est un espace d’air de 40 cm de hauteur maximum, qui crée un tampon entre le sol et l’habitation. Il faut veiller à ce que cette chape soit bien ventilée.

Cette chape doit elle-même être isolée du sol par une couche d’isolant. Soit un isolant par mélange de béton avec perlite, argile, soit un isolant résistant à l’humidité tel que la perlite ou le verre cellulaire. Mais ce n’est pas une bonne solution si votre sol est très humide et froid.

Pour une optimisation de l’isolation, il convient que le plancher au-dessus de cette chape soit chauffant. Ainsi, il procure une impression de chaleur par le sol.

L’isolation du sol pour une maison en construction

Mais il est des cas où l’on veut isoler un sol d’une maison déjà construite. Alors le problème est plus complexe.

Si vous disposez d’une cave ou d’un garage sous votre plancher d’habitation, alors profitez-en pour isoler votre sol par le plafond de cette pièce. C’est la solution la plus pratique, puisqu’elle exclut une modification des planchers supérieurs, et respecte l’état actuel de la maison.

Il vous faut donc coller ou agrafer ou clouer l’isolant au plafond du garage ou de la cave. Veillez à bien couvrir aussi les coins, car c’est dans ces zones-là que se créent les ponts thermiques (zone de fuite de chaleur). L’isolant, pour être optimal, peut faire jusqu’à 30 cm d’épaisseur.

Dans ce cas, les artisans recommandent l’utilisation d’isolants en plaques, car la pose est plus simple et l’épaisseur moins importante. Cela inclut donc des panneaux de laine de verre, du verre cellulaire, du polystyrène, du liège. Ces matériaux peuvent nécessiter l’adjonction d’une plaque d’isolant phonique.

L’isolation du sol pour une habitation déjà construite

Si vous ne disposez pas d’une pièce inférieure, alors l’isolation ne va pas être une partie de plaisir. Ainsi, si vous avez un parquet, il va vous falloir démonter les lattes pour placer un isolant, et si vous avez un carrelage, il va falloir le recouvrir ou le détruire pour placer le nouvel isolant ! C’est dire que les hauteurs du sol vont être augmentées, et l’aménagement de votre maison modifié.

Pour isoler le sol dans une habitation, les matériaux tels que les fibres minérales sont très efficaces, plus que les panneaux en polystyrène.

N’hésitez pas à protéger votre isolant avec un revêtement plastique avant de remettre la chape du sol. Sinon, l’isolant perdra plus rapidement ses qualités isolantes.

  • L’isolation avec des panneaux : l’isolation avec des panneaux revient à fixer sur la chape existante des panneaux de matériaux isolants. On trouve presque tous les matériaux : polystyrène, chanvre, laine de verre, verre cellulaire, etc. L’avantage du panneau est qu’il est plus résistant à long terme à l’écrasement – mais pour cela il doit être très bien fixé. Ce type d’isolant est généralement agrafé.

  • L’isolation avec des rouleaux : l’isolation avec des rouleaux est très aisée, puisqu’il s’agit de dérouler le matériau sur toute la surface de la pièce. L’avantage des rouleaux, en général, est que leur épaisseur assure une isolation très efficace. Ce type d’isolant est généralement agrafé.

  • L’isolation avec des granulés : l’isolation par granulés se fait surtout avec de la perlite ou de l’argile. Cette isolation peut s’avérer intéressante si vous ne pouvez modifier votre sol mais disposez d’un espace atteignable en-dessous. Cependant, les qualités isolantes de ces matériaux ne sont pas optimales.

L’installation d’un plancher flottant

En matière d’isolation, si vous avez le choix, optez pour un plancher flottant. Pourquoi ? Parce qu’il assure à la fois l’isolation thermique et à la fois l’isolation phonique. Vous ferez donc d’une pierre deux coups, en installant un système durable et efficace.

Certes, l’aide d’un artisan est nécessaire. Mais c’est un investissement qui en vaut la peine, car vous installerez un sol bien isolé sans pour autant créer une épaisseur énorme sur votre sol.

Lors de la pose, si vous souhaitez la réaliser vous-même, retenez bien que le principe du plancher flottant est que les chapes inférieures et supérieures ne doivent pas être en contact avec les murs. C’est l’isolant qui remplit ce rôle, afin d’éliminer les ponts thermiques sur le pourtour de la pièce.