Comment isoler les faux-plafonds ?


Trouvez un bricoleur pour vos travaux !
SuperMano, partenaire de Travaux.info, met en relation des particuliers avec les meilleurs bricoleurs pour de petits travaux.
C'est parti !

L’isolation d’un faux-plafond est intéressante si vous chauffez une pièce, et pas celle située de l’autre côté du faux-plafond. Ainsi, vous réduirez les écarts de température grâce au faux-plafond, qui jouera alors un rôle de zone-tampon. On pourrait penser que le faux-plafond joue à lui tout seul déjà un rôle d’isolant, car il contient une quantité d’air immobile. Mais en réalité, l’air n’est isolant que si le volume est peu épais. Il faut donc nécessairement isoler le faux-plafond.

Le choix de votre isolant dépend de la hauteur de faux-plafond que vous obtenez, mais aussi du type d’isolation que vous voulez avoir.

Isoler un faux-plafond étroit

Si votre faux-plafond ne fait pas plus de 20cm d’épaisseur, alors l’isolation devra être très fine, et prendre peu de place. En effet, certains isolants ne peuvent être compressés, sinon ils perdent toute leur efficacité.

Le choix des isolants dans ce cas peut porter sur :

  • Des panneaux de laine de bois : masse en moyenne de 40kg/m3, prix de 15€/m². Ce matériau présente l’avantage d’être écologique, mais il est très peu résistant au feu, et pèse très lourd dès que l’épaisseur est importante.

  • Des panneaux de cellulose : masse de 70kg/m², prix de 20€/m², lambda de 0,039. Ces panneaux sont intéressants notamment au niveau de l’isolation sonore.

  • Des isolants minces : sans faire une liste exhaustive, vous trouverez dans le commerce bon nombre d’isolants minces. Ces isolants sont pratiques car légers, mais leur efficacité n’est pas très convaincante, surtout en matière d’isolation phonique.

  • De la mousse de polyuréthane : lambda de 0,026, masse 40kg/m3, prix 20€/m². La mousse de polyuréthane présente le gros inconvénient d’être très toxique en cas d’incendie.

  • Un faux plafond lui-même constitué de dalles de polyuréthane ou de polystyrène.

Isolation sonore d’un faux-plafond

Les isolants minces dont nous parlons ci-dessus sont déconseillés dans le cas d’un sous-plafond, car ils ne réduisent pas du tout la sonorité qui est inévitablement créée par la répercussion des bruits. Il faut donc préférer les matériaux qui proposent une très bonne isolation sonore, pour éviter les résonnances.

Pour cela, la laine de roche, la fibre de bois, la ouate de cellulose et le liège sont très efficaces. La laine de verre et le verre cellulaire sont intéressants. En revanche, le polyuréthane est déconseillé.

Isoler un faux-plafond fragile

La pose de l’isolant lors de la construction du faux-plafond peut être risquée, car le faux-plafond et la chape supérieure ne peuvent pas forcément supporter un poids lourd.

Le faux-plafond est souvent accroché à des solivettes en bois (ou profilés métalliques), qui supportent des plaques de plâtre. Il ne faut donc pas percer la dalle supérieure de telle sorte qu’on la fragiliserait. Il ne faut pas non plus mettre une trop grosse quantité d’isolant, qui amènerait le plafond à tomber, tout simplement ! Pour ces calculs et ces considérations, il est préférable de faire appel à un professionnel.

Une solution intermédiaire consiste à isoler le faux-plafond seulement sur le pourtour du mur. Ainsi, l’isolation est effective surtout sur les ponts thermiques (entre le mur et le faux-plafond), mais le poids de l’isolation n’est pas un problème.