A quel crédit d'impôt donnent droit les dépenses d'isolation?


Trouvez un bricoleur pour vos travaux !
SuperMano, partenaire de Travaux.info, met en relation des particuliers avec les meilleurs bricoleurs pour de petits travaux.
C'est parti !

Le crédit d’impôt est une déduction faite sur votre déclaration d’impôts en fonction du montant des dépenses que vous avez engagé pour des rénovations/constructions intéressant l’Etat. Il faut donc que les matériaux et la pose justifient des meilleures certifications. Voyons plus précisément quelles en sont les conditions, et le fonctionnement pratique.

Les conditions d’obtention du crédit d’impôt

Le crédit d’impôt peut être obtenu même par les personnes ne payant que très peu d’impôts. Il faut être propriétaire ou locataire de son habitation principale pour en bénéficier.

Le taux applicable maximum est de 18% du coût total des travaux. Il faut donc justifier de chaque modification par une facture de l’artisan prouvant la certification conforme des matériaux et de la pose, ainsi que leur performance isolatrice. Et si vous faites deux travaux en même temps pour le même logement, il y a un « bouquet de travaux», et donc un crédit de 10% sur le montant de la facture s’ajoute.

Mais il y a une limite fixée à 100€ par m² d’isolation intérieure, 150€ pour une isolation extérieure, afin de ne pas cumuler trop de crédit d’impôt !

Vous ne pouvez bénéficier du crédit d’impôt que si les travaux ont été réalisés par un artisan (amis bricoleurs, tant pis…).

Le fonctionnement concret d’une demande de crédit d’impôt

Pour être éligible au crédit d’impôt, il faut d’abord entrer dans les critères ci-dessus.

Ensuite, il faut vérifier à bien remplir soigneusement la déclaration :

  • il faut renseigner le coût total de l’opération : salaire de l’artisan, coût des isolants, des accessoires
  • Mais il faut en déduire toutes les subventions obtenues !

Soyez vigilants, les crédits d’impôt ont été revus à la baisse en 2012, donc recalculez bien afin de vérifier si en cinq ans vous n’avez pas dépassé ou au contraire trop respecté les limites (8000€ en cinq ans pour une personne, 16000 pour deux+400€ par personne rattachée au foyer).